Pourquoi les coraux sont menacés?

Les récifs coralliens sont dégradés par une accumulation de contraintes résultant des activités humaines. La surpêche, la pollution et le développement côtier sont en tête de liste des facteurs de stress chroniques. Certains récifs coralliens sont recouverts de sable, terre pas chère stimulant le développement économique. D'autres sont dragués ou sablés pour leur calcaire ou pour améliorer l'accès et la sécurité de la navigation. De plus, les changements globaux à long terme (hausse des températures de la mer et du niveau de CO2), les tempêtes, les tremblements de terre et les éruptions volcaniques affectent également les récifs coralliens.

La surpêche

L'augmentation de la demande en poisson a abouti à la surpêche d'espèces récifales. La surpêche de certaines espèces peut facilement affecter l'équilibre écologique et la biodiversité du récif. Par exemple, la surpêche des poissons herbivores peut conduire à des niveaux élevés de croissance algale asphyxiant le corail présent.

Des méthodes de pêche destructrices

La pêche à la dynamite et au cyanure rend les poissons plus faciles à attraper. Ces pratiques ne permettent pas de cibler une espèce, elles détruisent tout, là où elles sont appliquées. Endommager l'habitat des récifs coralliens a des conséquences sur tout l'écosystème récifal, et de ce fait un impact immédiat sur la subsistance des pêcheurs concernés.

Tourisme non durable

Le tourisme génère de grandes quantités de revenus pour les pays d'accueil. Lorsqu'elles ne sont pas réglementées, les pressions du tourisme peuvent causer des dommages sur l'environnement alentour : plongeurs négligents, ancres des bateaux mal placées, hôtels évacuant les eaux usées non traitées (polluant l'eau, créant de la sédimentation, tout en encourageant la croissance des algues qui rivalisent avec les coraux).

La pollution

Les récifs coralliens ont besoin d'eau pauvre en minéraux pour se développer. La pollution par les activités humaines terrestres, lorsqu'elle est transportée par les rivières dans les eaux côtières, peut endommager les récifs coralliens.

Commerce du vivant pour les aquariums

On estime que près de 2 millions de personnes dans le monde possèdent un aquarium marin. La grande majorité des aquariums marins est fournie en espèces capturées dans la nature, donc sauvages. Les menaces dues à ce commerce comprennent l'utilisation du cyanure pour la collecte, la surexploitation des organismes ciblés et les niveaux élevés de mortalité associés à des pratiques de maintenance et d'expédition sommaires.

Le blanchissement des coraux

Le blanchissement se produit lorsque la symbiose entre les coraux et leurs zooxanthelles (algues) symbiotiques s'arrête, entraînant la perte de ces micro-algues et un blanchissement rapide de l'hôte corallien (d'où le terme de «blanchissement»). Il s'agit d'une réponse au stress par l'hôte corallien qui peut être causée par divers facteurs, mais les cas les plus graves et plus fréquents sont causés par une augmentation de la température de surface.

Le réchauffement des océans

Si les températures de surface des océans continuent d'augmenter, la fréquence et la gravité du blanchissement des coraux va également augmenter, affectant probablement la capacité des récifs coralliens à s'adapter et à fournir la plupart des services que nous leur demandons.

L'acidification des océans

C'est le nom donné à la baisse du pH de l'eau des océans, causée par l'absorption de dioxyde de carbone présent dans l'atmosphère. L'absorption naturelle du CO2 par les océans contribue à atténuer le réchauffement climatique. La diminution résultante de pH, a des conséquences négatives, surtout pour les organismes carbonatés océaniques tels que les récifs coralliens.

L'élévation du niveau des océans

Les observations depuis 1961 montrent que la température moyenne des océans a augmenté, même aux grandes profondeurs (rapport du GIEC), et que l'océan a absorbé plus de 80% de la chaleur ajoutée au système climatique. Ce réchauffement provoque l'élévation du niveau de la mer et crée des problèmes pour les zones côtières.